+39 06 68 40 741 scolopi@scolopi.net
« On se dressera nation contre nation – prenez garde de ne pas vous laisser égarer »

« On se dressera nation contre nation – prenez garde de ne pas vous laisser égarer »

L’humanité est aujourd’hui au carrefour d’un ensemble de conflits et de crises. Une analyse  superficielle de cette réalité contemporaine conduirait à conclure que les signes annonciateurs de la fin des temps dont parle Saint Luc dans son évangile aujourd’hui sont complets.

Jésus par la voie de Saint Luc ne souhaite pas que nos regards soient centrés sur les signes, mais plutôt sur ce qu’ils annoncent : le Règne de Dieu. Loin de semer en nous la terreur et la panique, ces signes nous invitent plutôt à une prise de conscience de la disposition à accueillir ou non ce règne ou à y entrer. La peur et la panique indiquent justement une impréparation.

La persécution figure parmi les signes annonciateurs de l’arrivée du règne de Dieu. Cette persécution indique la fidélité au message de l’évangile. Si notre manière de vivre l’évangile ne questionne et ne suscite pas la controverse, alors nous sommes encore loin d’en être de véritables témoins.

En effet, si nous sommes de véritables témoins de l’évangile, nous n’aurons pas à nous soucier de notre défense face à la controverse car notre vie parlera d’elle-même. Ne dis-t-on pas que ce sont les menteurs qui se justifient le plus ?  

Nous n’avons donc pas à nous inquiéter des turbulences de notre monde. Ne nous laissons ni effrayer ni égarer par la fureur des combats autour de nous ou la violence des persécutions. Le Seigneur est là au cœur de nos vies. Sa grâce se conjugue avec notre volonté de fidélité pour créer un véritable témoignage. Ceci fait du règne de Dieu une réalité présente mais aussi une source d’espérance de notre union à ce règne lorsque les belles pierres de notre temple seront détruites par la mort.

P. Albert Legrand Todjom Mabou Sch. P.

13 novembre 2022  | 33e dimanche du temps ordinaire

Lc 21, 5-19 : Christ est venu, Christ reviendra !

 

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »
Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom.
Cela vous amènera à rendre témoignage.
Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

ALBERT LEGRAND TODJOM MABOU

ALBERT LEGRAND TODJOM MABOU

Piariste

Prêtre Piariste de la Province d’Afrique Centrale. Ordonné prêtre le 30 décembre 2006. Expert en Management des Projets en Afrique. Chercheur Junior en Sciences Sociales.

Comment suis-je au service des autres?

Comment suis-je au service des autres?

« Vous ne savez pas ce que vous demandez » ; « ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir » ; « Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. »

 Le désir de puissance ou de grandeur ne date pas d’aujourd’hui. Il existe déjà avant et pendant le temps de Jésus. Alors que Jésus se préoccupe des tribulations qui l’attendent à Jérusalem, les frères Jacques et Jean se préoccupent plutôt de leur intérêt: le positionnement dans le Royaume dont parle Jésus depuis quelques temps. Il n’est pas question pour eux de se faire devancer par les autres disciples. Ce texte nous montre donc comment nos préoccupations peuvent être souvent très différentes de celles de Dieu.

Bien que l’ambition maladroite des deux disciples soit inquiétante pour Jésus, il ne se décourage pas de leur enseigner le bon chemin. Sa réponse Jésus d’ailleurs clairement que les deux frères ne savent pas ce qu’ils demandent. Ils viennent ainsi de sceller leur sort à travers leur demande: ils boiront à la même coupe que Jésus et recevront le même baptême que Lui. Jacques en sera d’ailleurs le premier quelque temps après la mort de Jésus tandis que Jean subira plutôt un martyr blanc à travers une vie parsemée de tribulations. Une vie guidée uniquement par les pulsions humaines ne peut mener qu’à la perdition. Malgré qu’ils aient abandonné Jean le Précurseur pour suivre Jésus après qu’il ait pointé celui-ci comme le Véritable Agneau de Dieu, les deux frères ne sont pas parvenus à purifier les motivations de leur vocation de disciples. Celle-ci est restée entachée de la quête du pouvoir et du mieux-être.

Percevoir ainsi le royaume de Dieu en termes de pouvoir et de statut renvoi à une vision mondaine des réalités spirituelles des deux disciples. Toutefois, l’indignation des autres disciples montre que ces derniers nourrissaient la même ambition d’être approuvés et récompensés. C’est pourquoi Jésus ne répond pas uniquement aux frères mais en profite pour enseigner tous ses disciples. Il les prévient de ne pas succomber à cette ambition qui frappe à leur porte.

Le leadership chrétien ou la véritable grandeur n’est pourtant pas comme l’autorité humaine, pas plus qu’il n’est fondé sur la puissance et la domination sur les autres. Bien au contraire, l’autorité est authentique lorsqu’elle est exprimée dans le service. Jésus n’est pas venu pour être servi mais pour servir. Et moi alors? Comment suis-je au service des autres? Comment est-ce que je traite ceux qui sont sous mon autorité#: les employés de maison, les collègues de bureau, les confrères et consœurs de communauté, les élèves dans la salle de classe…? En quoi suis-je différent d’un païen? Suis-je généralement égoïste dans mes relations avec Dieu et les autres?

P. Albert Legrand Todjom Mabou Sch. P.

Dimanche 17 octobre 2021 | 29ème dimanche du temps ordinaire

Marc 10, 35-45 : Le Fils de l’homme est venu donner sa vie en rançon pour tous.

 

Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent: «Maître, nous voudrions que tu exauces notre demande». Il leur dit: «Que voudriez-vous que je fasse pour vous?». Ils lui répondirent: «Accorde-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire». Jésus leur dit: «Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé?». Ils lui disaient: «Nous le pouvons». Il répond: «La coupe que je vais boire, vous y boirez; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder, il y a ceux pour qui ces places sont préparées».

Les dix autres avaient entendu, et ils s’indignaient contre Jacques et Jean. Jésus les appelle et leur dit: «Vous le savez: ceux que l’on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l’esclave de tous: car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude».

ALBERT LEGRAND TODJOM MABOU

ALBERT LEGRAND TODJOM MABOU

Piariste

Prêtre Piariste de la Province d’Afrique Centrale. Ordonné prêtre le 30 décembre 2006. Expert en Management des Projets en Afrique. Chercheur Junior en Sciences Sociales.