+39 06 68 40 741 scolopi@scolopi.net

Chers frères et sœurs, après tant de solennité nous voici au 11e dimanche du temps ordinaire. L’évangile soumis à notre méditation nous parle du Royaume de Dieu. En effet, face aux difficultés quotidiennes nous sommes parfois tentés de nous demander comment se fait-il que malgré tous ces efforts consentis pour annoncer la Bonne Nouvelle l’on ne voie pas d’avantage le règne de Dieu ? pourquoi Dieu donne-t-il l’impression de se désintéresser de ce qui se passe dans le monde ? La réponse est simple : Dieu ne s’y prend pas autrement que le paysan : attendre le temps de la moisson.

Pour en parler, Jésus emploie deux paraboles : celle de la semence qui germe lentement mais infailliblement faisant référence à la puissance de Dieu qui qui fait naitre et développé son règne, et celle de la graine de moutarde qui grandit au point de pouvoir abriter les oiseaux. Quand le semeur a jeté la semence, « qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment ». Il croit que la graine jetée en terre donnera du fruit ; il est patient. Une patience qui n’est pas un désintéressement encore moins une passivité, pas même une indifférence devant l’urgence. Mais, une patience pétrie de confiance dans le Seigneur.

En réalité, le royaume, c’est le Seigneur qui le construit, nous n’avons qu’à l’annoncer et à en vivre comme des témoins. Car, pour l’instauration de son royaume, Dieu agit dans le secret et dans le silence. La croissance du royaume en nous et autour de nous sera visible aux yeux du monde si nous sommes dociles à l’Esprit d’amour de notre Dieu.

Puissions-nous en ce dimanche redonner de l’espoir à ceux qui ont perdu tout espoir et jeter la parole de Dieu en terre pour que lui-même le fasse fructifier.

P. Guy Gangnon Sch. P.

Dimanche 13 Juin 2021 | Temps ordinaire – 11e Semaine:

Mc 4,26-34: est la plus petite de toutes les semences du monde, mais dépasse toutes les plantes potagères.

​Jésus disait: «Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette le grain dans son champ: nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le grain le permet, on y met la faucille, car c’est le temps de la moisson».

Il disait encore: «A quoi pouvons-nous comparer le règne de Dieu? Par quelle parabole allons-nous le représenter? Il est comme une graine de moutarde: quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences du monde. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre». Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de la comprendre. Il ne leur disait rien sans employer de paraboles, mais en particulier, il expliquait tout à ses disciples.

GUY GANGNON

GUY GANGNON

Piariste

Est de nationalité Béninoise et Père Piariste depuis 2013. Après ses études philosophique et théologique, il est Actuellement en mission au prénoviciat de Mbour au Sénégal.